Votre bannière ici  
Articles Sympafolio

Estavayer mise en musique
article paru en Septembre 2008

L´œuvre est ambitieuse: mettre une ville en musique. Deux compères de longue date s’y sont attelés: le compositeur Michel Waeber, et l’écrivain André Ryser. Tout démarre il y a 18 mois. L’idée? «Créer une fresque historique et musicale pour chœur d’hommes à l’occasion de mes dix ans à la tête du Chant de Ville d’Estavayer-le-Lac, lequel allant surtout inaugurer de nouveaux costumes et un nouveau drapeau», explique Michel Waeber. La création aura lieu en mai prochain. Son titre: Au-delà des remparts. André Ryser a écrit un texte où Estavayer apparaît comme vue de l’extérieur. Un regard neuf sur la Cité à la Rose, qui sera officiellement offert aux autorités. De ce texte, une adaptation a été tirée et mise en musique. Trois volets l’articulent, chaque fois déclinés en trois temps: hier, aujourd’hui et demain; il y a la ville elle-même, il y a ses habitants, et il y a bien sûr le Chant de Ville. En tout donc, neuf pièces pour quatre voix et soliste, accompagnées par le quintette de cuivres Nemo, par un quatuor à cordes formé pour l’occasion et par une percussion. Mais l’originalité se s’arrête pas là: «Cinq ou six élèves du CO seront présents sur scène et poseront des questions à deux récitants, poursuit Michel Waeber; cette discussion servira de fil conducteur au spectacle et sera ponctuée par les neuf chants»

Autre effet: le video-club de la ville participe à l’événement; il projettera des photos et des bouts de films d’époque sur écran. «En fait, sur scène, on verra les récitants au milieu, les musiciens et le chœur sur un côté, dans un kiosque à musique, et l’écran sur l’autre.» Ces saynètes seront autant de clins d’œil à des lieux connus en ville, aux sobriquets dont sont affublés les habitants, mais aussi aux villes environnantes: Payerne, Avenches... Toutefois, aucune allusion directe n’y sera faite; le mot «Estavayer» n’est ainsi nommé qu’une fois. «Pour permettre d’adapter facilement les chants à d’autres lieux et à d’autres circonstances.»

Quant à la musique, elle participe intégralement à ce voyage temporel. «Elle souligne les époques abordées. Elle s’ouvre avec une évocation de 1848 - époque de la création du Chant de Ville - avec des accents solennels; elle intègre des éléments de tango, de valse, de marche, ou des harmonies plus modernes. C’est une écriture romantique et contemporaine à la fois. Et une partition emprunte sa mélodie à un compositeur célèbre d’Estavayer, Jules Marmier.» jft
 
Vos réactions à cet article
 
Message envoyé par le 26/9/2011


 
 
Message envoyé par Jacklynn le 18/9/2011
Great article, thank you again for wiritng.

 
Donnez votre avis vous aussi!
Partager
 



 
  Votre bannière ici